Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Anthropology, Medical Anthropology, Social and Cultural Anthropology, Forensic Anthropology, Anthropology of Religion , History of Medicine

Histoire, les Enquêtes Oubliées

Anthropology, Medical Anthropology, Social and Cultural Anthropology, Forensic Anthropology, Anthropology of Religion , History of Medicine

Des anthropologues réécrivent l’Histoire de l’île de Pâques.

Le terme d’écocide est très souvent utilisé lorsque l’on évoque l’Histoire de l’Île de Pâques, il représente une destruction massive de la flore ou la faune, l'empoisonnement de l'atmosphère ou des ressources en eau, en général, l'abus inconsidérée de ressources naturelles, ce qui conduira inévitablement à une catastrophe environnementale.
Lorsque les Européens ont débarqué sur l'île de Pâques au 18ème siècle, ils trouvèrent une terre en partie stérile. Les forêts de palmiers géants été déjà abattus par le peuple Rapanui, la majeure partie du bois était déjà également utilisé. Privés de palmiers, les habitants se coupèrent de toute routes maritimes : Le bois étant en partie utilisé, la fabrication d’embarquements maritimes et la pêche était impossible. Sur l'île les aliments consommés se composent essentiellement de poulets, de rats et de plantes. Mais l'île de Pâques étant une des îles les moins fertiles, la productivité s’amenuisera considérablement, notamment en raison de l'érosion.

 

Ceci est la version traditionnelle de l'histoire de l'île de Pâques, mais une nouvelle étude menée récemment par une équipe internationale d'archéologues et d'anthropologues, réfutent cette version. Après avoir analysé des restes humains, animaliers et végétaux, des chercheurs ont conclu que le régime des Rapa nuis était beaucoup plus diversifié qu'on ne le pensait. L'analyse des isotopes stables du carbone et de l'azote, ainsi que l'analyse des acides aminés, du collagène présent dans l'os a montré que près de la moitié de la protéine dans leur régime alimentaire provenait d’une alimentation issue de la pêche. Quant aux rats, aucun indice n’a pour le moment permis de confirmer cette hypothèse. En outre, les scientifiques ont constaté que les habitants paillaient déjà leur sol pauvre en culture afin de le rendre fécond.

« Nous avons pu démontrer que leur alimentation provenait  très clairement d’une ressource trouvant son origine dans une terre vraisemblablement modifiée afin de la rendre plus féconde et plus riche. »  Il se trouve, que l'ancien peuple de l'île de Pâques avait déjà de vastes connaissances sur la façon d'améliorer les conditions environnementales, afin de permettre un approvisionnement alimentaire durable. Tout cela ne correspond donc en aucun cas pas à la tenace théorie de l'écocide. « Ce peuple utilisait déjà très habilement leurs ressources, tous les malentendus viennent de nos idées préconçues sur la façon dont devraient ressembler leur système d’approvisionnement et leur mode de vie en général » - poursuit le professeur. Selon lui, des conclusions hâtives sur les civilisations sont faite beaucoup trop souvent par certains chercheurs et archéologues. « Ils ont une idée beaucoup trop préconçue sur ce que devrait être le mode de vie de certaines civilisations. Et arrivent sur le terrain en faisant l’erreur de ne pas s’ouvrir suffisamment aux indices réels qui les entourent. »
 

 

"Diet of the prehistoric population of Rapa Nui (Easter Island, Chile) shows environmental adaptation and resilience"

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28664976